DO THE SONG – résidence de Miranda Jones

DO THE SONG – résidence de Miranda Jones

À travers la forme hybride d’une performance et d’un labo, Miranda Jones cherche à ouvrir un espace de réflexion sur l’image et le chant. Elle était en résidence au Cube du 29 novembre au 13 décembre 2021 afin de créer un spectacle bilingue. En collaborant à distance avec l’artiste textile Jem Woolidge basée à Halifax, elle cherche à construire des séquences de matériaux qui impliquent des textiles, des performances et des chants.

This residency has been a chance to be in conversation with a number of mentors and collaborators during a period of early for a new performance/workshop for youth. I had ample time to spend with Jem Woolidge’s crocheted textile objects built specifically as aids for singing – gloves with long tendrils and a blanket that doubles as a landscape. Residing at Le Carrousel was also a chance to return to a wonderfully scrappy blackbox theatre! Being in such a typical theatre space (with its microphones, curtains, lights, pulley systems) brought about themes of set dressing and rehearsal/performance, which were welcome additions to my research.

Cette résidence a été l’occasion d’échanger avec plusieurs mentors et collaborateurs dans le cadre d’une nouvelle performance/atelier pour les jeunes qui en est à ses débuts. J’ai eu amplement de temps pour explorer les objets textiles crochetés de Jem Woolidge construits spécifiquement pour aider à chanter — des gants avec de longs doigts et une couverture qui se transforme en paysage. La résidence dans le local du Carrousel était aussi l’occasion de retrouver une boîte noire merveilleusement brouillonne ! Se trouver dans un espace théâtral aussi typique (avec ses microphones, ses rideaux, ses lumières, ses systèmes de poulies) a amené l’ajout intéressant des thèmes d’habillage du décor et de répétition/performance à ma recherche.

Sketch by Jem Woolidge / Croquis de Jem Woolidge

Days of mentorship with Sarah Albu and Soleil Launière explored the voice in relation to the materials present in the room. Mentorship time with Gabriel Dharmoo was spent learning a multitude of ways to direct groups of singers or non-singers in an improvisation. So many exciting possibilities for inviting young people into a room to sing and sound together.

Des journées avec Sarah Albu et Soleil Launière m’ont permis d’explorer la voix en relation avec les matières présentes dans la salle. Le temps avec Gabriel Dharmoo a été consacré à apprendre une multitude de façons de diriger des groupes de chanteurs ou de non-chanteurs dans une improvisation. Autant de possibilités passionnantes pour inviter des jeunes dans un espace à chanter ensemble.

During our meetings with dramaturge Ellen Furey, Jem (textile collaborator) spoke about the improvisational aspects of crochet – it’s a fast process, easy to add to or undo, fairly intuitive. I began by trying to find singular purposes for these objects that would help me and others to sing. I left feeling like I’d spent time with these objects and knew them a little better, but that they wouldn’t ever have one purpose.

Lors de nos rencontres avec la dramaturge Ellen Furey, Jem (collaboratrice textile) a parlé des aspects d’improvisation du crochet — c’est un processus rapide, facile à ajouter ou à défaire, assez intuitif. J’ai commencé par essayer des usages singuliers avec ces objets pour qu’ils m’aident et aident les autres à chanter. Après avoir passé du temps avec eux, j’ai maintenant l’impression de mieux connaître ces objets et de leur avoir trouvé plusieurs utilisations.

For now, the goal for the project seems to be how to facilitate young people getting to the middle of a sound and hanging out there for a while, together. We talked about different workshop formats and lengths, ways we might rehearse and perform an improvisation (exercises, games, sound baths), and future textile objects (a giant ceiling, long socks). Musical modes (in particular D Dorian) were used frequently for vocal improvisation, and a possible new title for the performance/workshop emerged: “older than keys”.

Pour l’instant, l’objectif du projet semble être de faciliter l’accès des jeunes au milieu d’un son et d’y rester un moment, ensemble. Nous avons évoqué différents formats et durées d’ateliers, des manières de répéter et d’improviser (exercices, jeux, bains sonores), et de futurs objets textiles (plafond géant, chaussettes longues). Les modes musicaux (en particulier D Dorian) ont été fréquemment utilisés pour l’improvisation vocale, et un nouveau titre possible pour la performance/atelier a émergé : « plus vieux que les clés ».

 

Partager cette publication